SUCCESS – School and success

Towards-Success

Success

Today, we are talking about school and success!

Cet article participe au carnaval d’articles dont le thème est l’école et la réussite, organisé par Élisabeth du blog jaimepaslecole. Elle y partage de manière originale, documentée et personnelle son point de vue et ses conseils quant à l’éducation, l’épanouissement des enfants et celui des parents, en s’appuyant aussi sur des recherches scientifiques. Si vous souhaitez en savoir davantage, je vous conseille de lire cet article et de tourner les pages de son blog !

Dans le cadre de ce carnaval d’articles, qui fait totalement écho à mon domaine d’activité, la question sous-jacente est : « l’école et la réussite scolaire sont-elles indispensables pour réussir dans la vie ? » D’ailleurs, j’espère bien avoir votre avis sur la question !

L’école : qu’est-ce que c’est ?

Il y a deux définitions (Larousse) qui illustrent bien ce qu’est l’école :

  • “Établissement où l’on donne un enseignement collectif général.”
  • “Institution chargée de donner un enseignement collectif général aux enfants d’âge scolaire et préscolaire”

Le cursus scolaire classique

En France, notre système scolaire n’est pas idéal mais il a tout de même le mérite d’exister et d’être bien organisé pour remplir sa mission de donner libre accès à l’école, pour l’éducation pour tous et l’égalité des chances.

Quand on compare au système éducatif de nombreux pays, et notamment de pays en voie de développement (regardez On the Way to School pour en avoir une illustration), on voit tout de suite à quel point notre institution est de qualité. Cela dit, elle est loin d’être parfaite…

Dans notre système scolaire actuel, je trouve que deux éléments majeurs sont préjudiciables : la mauvaise orientation des élèves et l’entrée forcée dans le moule.

Une mauvaise orientation

Dans des pays nordiques connus et reconnus notamment par l’excellence de leur système éducatif, très tôt les compétences des enfants sont repérées et mises en valeur. Il s’agit de développer leur curiosité, leurs passions et leurs compétences dans ces passions afin d’avoir des enfants épanouis et bien orientés qui pourront à leur tour contribuer à une société florissante à l’âge adulte.

« Tu entres ou tu dégages »

En plus de la mauvaise orientation qui s’opère très souvent dans nos établissements scolaires, la rigidité du cursus scolaire est aussi un problème. Tout le monde doit entrer dans le même moule. Le problème c’est que personne n’est identique, chaque individu est différent et n’entrera pas forcément dans ce moule.

Malheureusement le système scolaire tel qu’il est aujourd’hui (et tel qu’on l’a toujours connu),  c’est « tu entres (dans le moule) ou tu dégages » pour caricaturer (légèrement).

Je n’adhère pas à cela. J’adapte mes cours et mes formations à chaque élève. Oui, à chaque élève, mes cours étant principalement du one-to-one. Je fais du sur-mesure pour une progression maximale. Certes, cela demande plus de temps et de travail mais au moins les résultats sont là et rapidement.

Les alternatives

success

Enfants

L’instruction à domicile (homeschooling)

L’instruction à domicile est une alternative pour les enfants non adeptes du système scolaire classique.

L’Éducation Nationale avait notamment mis cela en place, via le CNED, pour permettre aux familles vivant en déplacement de pouvoir dispenser des cours à leurs enfants en suivant le cursus scolaire officiel, le même qu’ils auraient eu en se rendant à l’école.

Cela s’est étendu à bien d’autres cas, des cas nécessitant plus de flexibilité. Maintenant les familles peuvent opter pour ce type d’enseignement aussi par choix, pas seulement en cas d’impossibilité pour l’enfant d’être scolarisé.

Cette pratique est très répandue aux États-Unis. C’est à la fin des années 80 qu’elle a pris de l’ampleur dans les pays anglo-saxons.

La pédagogie Montessori

Une autre possibilité qui combinerait en quelque sorte les deux approches précédemment citées est la pédagogie Montessori que je trouve remarquable. J’en avais fait l’étude lorsque j’étais étudiante en Didactique des langues à La Sorbonne.

Dans ce système éducatif, l’enfant va à l’école mais cette pédagogie propose une organisation plus souple et, dans une certaine mesure, permet aux parents de prendre part à cette dernière. En effet, l’école est ouverte aux parents qui souhaitent s’investir dans la vie scolaire de leurs enfants.

Dans certains pays nordiques, le temps passé à l’école par les parents peut même être décompté du temps de travail. On voit là que c’est vraiment un désir partagé et concret de la société en général et des sociétés en particulier que d’offrir une éducation d’excellence à leurs enfants.

Adultes

La formation professionnelle continue

Enseigner est ma passion et j’ai gravi les échelons pour pouvoir le faire à ma manière.

Au tout début de ma vie professionnelle, j’ai cru qu’il fallait « entrer dans le moule » pour pouvoir faire ce qui me passionnait, à savoir obtenir le CAPLP, seul certificat de l’Éducation Nationale me permettant d’enseigner à la fois l’anglais ET le français, mes deux langues de prédilection. J’entreprends donc la préparation du concours par moi-même, via le CNED, car je travaillais à plein temps en tant que formatrice de langues. Je décroche le sésame écrit du premier coup, malgré les milliers de candidats en lice et le nombre très restreint de places. Puis je vais me confronter à l’enseignement sur le terrain, dans un lycée de banlieue à la fois général, technique et technologique. Et là… C’est le drame. 😱

Les lecteurs de cet article ont aussi lu :   Ma meilleure astuce pour appliquer mes bonnes résolutions

Pour faire court (long story short), enseigner là-bas était une torture, les élèves étaient horribles, ils faisaient tout leur possible pour perturber le cours (ah pour ça ils débordaient d’imagination !) ; j’y allais la boule au ventre, je faisais des cauchemars, mon intégrité physique a même été menacée… Par ailleurs, combien de fois en arrivant au lycée, l’accès était impossible à cause d’élèves qui faisaient blocage, donc attente devant la grille le temps que la gendarmerie intervienne…. L’ho-rreur.

Mon tempérament étant de ne pas céder à l’adversité et surtout de ne pas me laisser enfermer dans un cadre qui ne me convient pas (impossible pour l’amoureuse de liberté que je suis), je décide de me tourner vers un type d’enseignement où le respect et l’échange sont de mise et surtout où les apprenants sont motivés, désireux d’apprendre et de progresser : la formation professionnelle continue.

Se former tout au long de sa vie

C’est ainsi que j’enseigne d’abord, pendant quelques années, en tant que formatrice indépendante en sous-traitance, en entreprises, à des Français mais aussi à des expatriés venant des quatre coins du monde. Passionnant.

Puis, ayant atteint les limites de ce “système” de sous-traitance, je décide de créer mon propre organisme de formation LCFLangues Communication Formation, ma plus belle réussite professionnelle jusqu’à présent 🙂

Les lecteurs de cet article ont aussi lu :   New shoes!

Deux exemples parmi mes élèves adultes

Cela fait maintenant 17 ans que j’enseigne, à des élèves de tous âges et de tous niveaux. Parmi mes très nombreux élèves, j’en ai eu deux, âgés d’une bonne quarantaine d’années, qui avaient quitté l’école à 14 ans à l’époque et ils ont brillamment réussi dans la vie. L’un dans le domaine de la restauration et l’autre dans celui de la musique et de l’événementiel.

Des exemples notoires

Il y a tellement de millionnaires et milliardaires de nos jours qui ont été en échec scolaire, qui n’ont pas fait de brillantes études et qui ont pourtant bâti des empires, comme feu Steve Jobs, Oprah Winfrey, J. K. Rowling dans le monde anglo-saxon. En France, le nom de Bolewa Sabourin (Français) me vient à l’esprit ; j’ai découvert son histoire poignante grâce à l’événement Re.Start Awards mis sur pied pour changer le regard de la société française sur l’échec.

Yes, you can!

Il est donc bien évidemment possible de réussir dans la vie malgré un échec scolaire. Le plus important c’est d’apprendre, d’acquérir des connaissances, de se former, peu importe la manière, et d’entreprendre. Puis tout est possible avec de la volonté. Where there’s a will, there’s a way (Quand on veut, on peut !) 💪🏻

D’ailleurs, si vous me demandiez quelles étaient les sept clés du succès pour moi, je vous dirais :

  • Ayez confiance en vous
  • N’ayez pas peur de l’échec : agissez
  • Travaillez (très) dur
  • N’écoutez pas les démoralisateurs
  • Aimez ce que vous faites
  • Soyez généreux
  • Continuez d’apprendre, toujours !

Et si vous êtes bloqués par des pensées limitantes, je vous invite à lire l’article Sky is the limit 2/2 – Grands mythes en anglais qui vous aide à les débusquer et vous donne un vrai boost de motivation pour atteindre vos objectifs !!!

What about you??

Et vous alors ? Quelles sont les clés du succès à votre avis ? Partagez dans les commentaires !

Please share! 🙏🏼

Partager l'article
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    13
    Partages
  • 13
  •  
  •  
  • I think your story is examplary ; the sentence “where there is a will, there’s a way” fits with your story. Thanks for your lessons and help

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *